Ten to Zen(tangle) : la comparaison

Mis à jour : juin 23

Ce billet de blog écrit par Molly Hollibaugh (Zentangle inc) est le point de départ d'une réflexion personnelle sur la pratique de la méthode Zentangle® que je souhaite partager avec toi.


En 10 billets, je vais explorer 10 principes qui définissent le cœur de la philosophie Zentangle. Cette pratique, au-delà de l'œuvre graphique, est un formidable outil de connaissance de soi par une expression créative. C'est aussi un levier pour reprendre confiance.


Commençons par le premier principe qui concerne la comparaison.


Abandonner la comparaison

« Let go of comparing your lines, your tangles, your orbs and your tiles to anyone else. After all it is yours. How amazing that we all have our own unique expression. Seeing beauty in yourself and your own work can take time, but I assure you it is there. In fact it has always been there, we just sometimes loose the ability to see it in ourselves. Allowing ourselves to let go of comparing who we are and what we create to others, and trusting that beauty lives independently and is not contingent on others is a powerful thing. Once you see the beauty within yourself, you start to see it everywhere. » - Molly


Avec ce texte, Molly nous invite à arrêter de comparer nos lignes, nos tangles, nos tuiles à ceux des autres. Et pourtant, c'est souvent plus fort que nous. Toi aussi tu te compares sans arrêt aux autres ?

Toutefois j'aimerais qu'à la fin de la lecture de ce billet, tu sois persuadé·e, ou du moins que tu commences à l'être, que nous avons tous notre propre expression, qu'elle est unique.

Ces feuilles sont toutes différentes. Pourquoi les comparer ? alors qu'elles sont uniques.

Voir la beauté en soi et dans sa propre production peut prendre du temps, mais elle est pourtant bien là. Nous perdons parfois la capacité de la voir.

La beauté est dans les yeux de celui qui regarde. - Oscar Wilde

Arrêter de nous comparer aux autres, de comparer ce que nous créons à ce que crée les autres, croire que nous avons en nous une part de beauté qui n'est pas comparable à celle des autres est une chose puissante... mais qui semble pour certaines personnes inatteignable. Une fois que l'on voit la beauté en soi, on commence à la voir partout. Depuis que je pratique la méthode Zentangle et l'art de l'instant présent, mon spectre de la beauté s'est considérablement élargi.


La comparaison : le piège du perfectionnisme

Quand on est perfectionniste, comme moi (même si je m'applique de moins en moins cette étiquette), la comparaison revient de manière récurrente. Je suis trop sincère pour te faire croire que je ne me compare jamais à personne. La comparaison me met régulièrement des batons dans les roues.

À ce jeu les perfectionnistes perdent tout le temps, on ne se sent jamais à la hauteur. Les réseaux sociaux n'arrangent rien, on y voit de beaux dessins, des parcours exemplaires... Tu vois ce que je veux dire ?


Le piège c'est que l’on compare des résultats, qu'on se focalise sur un objectif sans considérer le chemin parcouru ou à parcourir. Or c’est justement dans le chemin, un pas / un trait à la fois, que se trouve l'accomplissement, l'épanouissement. Il y a un chemin pour chacun·e d'entre nous. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise manière de progresser, on progresse tout simplement à son rythme, à sa façon. Mais le perfectionniste (je crois que nous avons tous une part de perfectionnisme en nous) voudrait être en haut de la montagne avant de gravir chaque pallier.

Se focaliser sur le but : être au sommet, atteindre les étoiles ?

Aujourd'hui, je me sens alignée, à ma place, du coup la comparaison est beaucoup moins fréquente. Mon stress numéro 1 c'est le manque de temps. Quand je ressens cette pression, mon réflexe de comparaison refait cependant surface. Mais aujourd'hui je ne me dis plus « Tu es nulle » mais plutôt « Tu en es capable, pourquoi tu n'y as pas pensé avant ? Tu ne pratiques pas assez souvent. Si j'avais davatange de temps, je créerais plus, etc. » Je ne me dévalorise pas mais je me fais des reproches et ça aussi ça freine et plombe le moral. Arrêter de se faire des reproches est également une des règles que l'on peut associer à la méthode Zentangle. On verra cela dans un prochain billet.


Comment s'en sortir ?

La comparaison nous prive de la joie de créer. Même si elle n'a pas disparu de ma vie, j'ai choisi depuis plusieurs années d'entamer un chemin où la comparaison ne me freinerait plus. Cette quête de soi a commencé en pratiquant le yoga. J'ai appris à ne pas comparer ma posture à celle des autres personnes présentes dans mes cours de yoga. Et tu sais quoi, ça fait un bien fou de ne pas se comparer ! C'est tellement reposant. Revenir à l'intérieur de soi, écouter son intuition, laisser venir, j'étais prête, c'est ce que je recherchais, alors c'est venu assez spontanément ; pour toi il faudra peut-être du temps et de la pratique pour y arriver mais à la clé, un regain de confiance en soi.

Je te propose ici quelques stratégies pour te sortir du piège de la comparaison.


Remplacer la comparaison par l'inspiration

« À chaque fois qu’une personne t’inspire, cela signifie que cela fait écho et vient faire vibrer tout le potentiel et toutes les capacités qui sont déjà en toi, pour ressembler à cette source d’inspiration. Dans ce cas-là, on ne se sous-estime pas, mais on se dit plutôt « Moi aussi, je peux ». L’inspiration montre une voie à suivre avec un champ des possibles, tandis que la comparaison annihile toute motivation, de sorte que la conclusion semble être « Je n’y arriverai jamais ». » - Cindy Ghys


Être bienveillant·e envers soi-même

Utilisons notre énergie pour être bienveillant·e envers nous-même plutôt qu'être notre propre juge. Pourquoi se faire du mal alors qu'on peut se faire du bien ? J'entends souvent dire que l'on crée notre réalité par nos pensées. Alors même si on ne peut pas empêcher une pensée d'arriver, on peut choisir ce qu'on en fait. Au lieu de se comparer ou si cela se présente, on peut délibérément inviter une autre pensée qui contrebalancera cette pensée dévalorisante.


Écouter son intuition

Moins regarder ce que font les autres, plus s'écouter, aller vers ses envies.


Passer à l'action

Rien de mieux que l'action pour arrêter de ruminer des pensées négatives. Choisis 1, 2, 3 actions à entreprendre dès aujourd'hui. Vois ceci comme une étape sur ton chemin.

  • pratiquer régulièrement, mettre en place un rituel créatif par exemple

  • suivre des cours avec un·e enseignant·e certifié·e Zentangle pour prendre confiance en tes capacités créatives

  • publier sur les réseaux sociaux une partie seulement de ce que tu dessines ou rien du tout

  • passer plus de temps à pratiquer qu'à consommer de belles images

  • apprendre à voir la beauté en toute chose (commence par une de tes tuiles Zentangle)

  • accepter ton cheminement, chacun se trouve à un chapitre de sa pratique

  • te tourner vers ton intériorité, t'écouter

  • noter ce que tu trouves beau, essayer de l'intégrer à ta propre pratique

  • baisser ton niveau d'exigences

  • s'engager à la bienveillance

  • travailler ton humilité pour être moins centré·e sur soi et considérer que ce n’est pas si grave que ta tuile ne soit pas parfaite. J'ai coutume de dire « Il y aura toujours une autre tuile, un autre jour. »

Suivre son propre chemin car c’est dans le chemin, un pas / un trait à la fois, que se trouve l'accomplissement, l'épanouissement.

Je suis certaine que maintenant tu trouves que le dessin est la partie la plus facile de la méthode Zentangle. Pas évident de ne pas comparer son dessin à celui des autres ? Tu en es capable, cela prendra le temps qu'il faudra, concentre-toi sur ta pratique et fais-toi plaisir !

Si tu as des propositions pour éviter le piège de la comparaison ou que tu souhaites laisser un témoignage, je t'invite à les partager en commentaire.


Envie de pratiquer une activité où on ne se compare pas, où on apprécie les différences ? Je t'invite à me rejoindre lors de mes ateliers.


Chaleureusement,

Ludivine


© 2020 Croquinotes & Gribouillage | Tous droits réservés.