© 2020 Croquinotes & Gribouillage | Tous droits réservés.

Le labyrinthe, un outil pour se trouver

Mis à jour : 4 mai 2019

Le 4 mai 2019, c'est la journée mondiale du labyrinthe (World Labyrinth Day), elle est célébrée le premier samedi du mois de mai. L'occasion est parfaite pour te révéler ma dernière passion créative : le labyrinthe tanglé.


Les labyrinthes

Le labyrinthe est un symbole universel car on le trouve à différentes époques, depuis plus de 4000 ans, dans des endroits aussi divers que le Brésil, l'Arizona, l'Islande, l'Europe, l'Afrique, l'Inde,... Le labyrinthe est en effet un symbole fort dans de nombreuses cultures depuis des milliers d'années. Dans l'Antiquité grecque, il est au cœur du mythe de Thésée et du Minotaure (même s'il s'agit en fait d'un dédale et non d'un labyrinthe car il est impossible de s'en échapper sans l'aide du fil d'Ariane). Dans le monde romain, le labyrinthe est associé à la ville de Troie. À l'entrée des maisons, les mosaïques romaines représentent souvent des labyrinthes comme des villes fortifiées divisées en quatre secteurs, tel un symbole de la cité, alors qu'ils symbolisent le seul véritable chemin vers le salut chrétien pour l'Europe médiévale. Les labyrinthes ont été utilisés à des fins diverses, comme itinéraires rituels, sceaux de protection, pour les jeux et la danse...


Dans son ouvrage Labyrinths & Mazes - The Definitive Guide, Jeff Saward dresse une typologie des labyrinthes. Il les classe en quatre catégories selon un ordre chronologique :

  1. Labyrinthe classique : datant d'au moins 2000 av. J.-C., ces labyrinthes sont de loin les plus anciens et les plus répandus.

  2. Labyrinthe romain : apparus pour la première fois au IIe siècle avant notre ère, on les trouve dans toute l'Europe et en Afrique du Nord, là où les Romains se sont installés.

  3. Labyrinthe médiéval : apparus aux IXe et Xe siècles, ils se sont rapidement répandus dans toute l'Europe et sont devenus particulièrement populaires dans les temps modernes. Le XIIe siècle voit l'apogée de la représentation du labyrinthe dans les lieux de culte.

  4. Labyrinthe contemporain : depuis la fin du XXe siècle, la forme du labyrinthe évolue rapidement pour adopter des conceptions inhabituelles comme la forme d'un cœur.


Il est également important de distinguer le labyrinthe du dédale. Faisons appel à quelques définitions pour bien comprendre la différence, somme toute très simple.

Le labyrinthe est une construction unicursale proposant un seul chemin. Même si le chemin peut être complexe et très sinueux, le labyrinthe nous emmène jusqu'à son centre, puis vers la sortie, sans rien nous cacher. Contrairement à une idée reçue, il est donc impossible de se perdre dans un labyrinthe.

Le dédale, lui, offre plusieurs chemins, des impasses, des choix à faire pour trouver la sortie. C'est une construction multicursale.

« On entre dans un dédale pour se perdre, et dans un labyrinthe pour se retrouver » - Angus Hyland et Kendra Wilson, Le petit atlas des labyrinthes

Un des labyrinthes français les plus connus est celui de la cathédrale de Chartres. Il fait partie de la catégorie des labyrinthes médiévaux, souvent réalisés dans des édifices religieux. On les retrouve également peints sur des manuscrits. J'ai eu l'occasion de visiter la cathédrale de Chartres et d'apercevoir ce labyrinthe (il est ouvert au parcours méditatif chaque vendredi entre 10h et 17h, depuis le Carême jusqu’à la Toussaint). Actuellement ce sont d'ailleurs les labyrinthes médiévaux qui m'inspirent le plus.



Les labyrinthes m'ont toujours intriguée, certainement parce que je les associe à la mythologie, un domaine qui suscite mon intérêt depuis aussi loin que je m'en souvienne (les contes et légendes de mon enfance, les cours de mythologie romaine, grecque, égyptienne au collège, les mythes dans l'art,... ). Tout m'intéresse, leur aspect mythologique, symbolique, esthétique ainsi que le cheminement qu'ils offrent pour se reconnecter à soi.


Sais-tu qu'il existe des labyrinthes digitaux, qu'on peut parcourir du bout de l'index ? C'est ce que je te propose d'explorer en tanglant ton propre labyrinthe, tu pourras ainsi bénéficier des bienfaits de la méthode Zentangle associés à ceux du labyrinthe.


Labyrinthe digital situé à l'entrée de la cathédrale de Lucques. Photo : Myrabella / Wikimedia Commons

Labyrinthe tanglé, un outil pour se recentrer

Quand j'ai découvert qu'il était possible de combiner l'art du labyrinthe avec la méthode Zentangle, ma fascination pour ce symbole s'est réveillée ! Il y a de nombreux points communs entre tangler et parcourir un labyrinthe. Les deux peuvent être utilisés à des fins méditatives, comme exercice de focalisation et permettent de prendre le temps de s'observer pour mieux se connaître. C'est le trajet, le cheminement qui compte, bien plus que la destination.


Créer un labyrinthe tanglé, c'est toute une démarche

Inspirée par la communauté Zentangle, je crée depuis quelques temps des labyrinthes tanglés, c'est-à-dire que je dessine, de préférence à main levée, la structure d'un labyrinthe comme je dessinerais une ficelle, puis je la remplis de tangles. J'y gagne sur tous les plans : je me fais plaisir, cela m'aide à lâcher prise, à me concentrer et à me recentrer.

« Créer, c’est ma façon préférée de me recentrer » - Ludivine


Le labyrinthe invite chacun, au terme de ce voyage, à une découverte de soi. J'explore ce nouvel outil pour me recentrer, aller à la rencontre de moi-même tout en dessinant. Le chemin vers le centre du labyrinthe peut être utilisé pour se débarrasser des bagages émotionnels. Quand on tangle, on se concentre sur chaque ligne, on arrive à lâcher prise et à se détendre. En son centre, peut alors s'opérer une mutation, un accomplissement ; on va à la rencontre de soi et de nouvelles possibilités s'offrent à nous. Tout comme avec la méthode Zentangle, il n'y a pas d'erreur, il n'y a que des nouvelles possibilités. Sur le chemin du retour, on consolide nos nouvelles idées. En sortant du labyrinthe, on éprouve de la gratitude pour le chemin parcouru et les nouvelles idées qui ont germé, on prend le temps d'apprécier le dessin réalisé. Au final, on se surprend et on arrive à la conclusion : je n'imaginais pas être capable de réaliser ce dessin et d'accomplir ce cheminement, et pourtant j'y suis arrivé·e. Tout est donc possible.... un trait à la fois ! Du coup, d'autres projets nous paraissent à leur tour réalisables. L'acte de dessiner en conscience sur ce parcours labyrinthique devient un voyage initiatique.

« Le labyrinthe c'est la forme parfaite, la logique, la victoire de la sagesse sur les peurs et les passions humaines » - Sylvie Depondt, commissaire de l'exposition Labyrinthes du mythe au virtuel, Bagatelle (Paris) en 2003

Envie d'apprendre à créer un labyrinthe tanglé ?

Je propose une série de cours dédiés à la création de labyrinthes tanglés. J'utilise la forme de plusieurs labyrinthes (classique, médiéval,...) en guise de ficelle.



Par le dessin, ces cours invitent à un voyage intérieur. Créer cette œuvre te permet de prendre le temps, de lâcher prise pour te recentrer, aller à la rencontre de soi. Je privilégie le dessin à main levée pour une approche moins perfectionniste que l'usage du compas et de la règle. Les cours débutent par la mise en place du labyrinthe sur le papier (ficelle). Ensuite, la ficelle est recouverte d'encre dorée. Puis nous remplissons ce labyrinthe avec des tangles. Ces cours sont aussi l'occasion de pratiquer de nombreux motifs et l'essentiel des techniques utilisées en dessin Zentangle.


J'ai hâte de te faire découvrir ce nouvel outil à la fois créatif et introspectif. Si toi aussi tu ressens l'appel du labyrinthe tanglé, je t'invite à participer à la retraite créative que je co-organise à la Toussaint en Aubrac, j'y animerai une série de cours pour apprendre à réaliser ce type de dessin. Offre-toi ce cadeau : un temps pour soi dans un éco-lieu calme et accueillant, loti au milieu de la nature.




Je vais également continuer à explorer d'autres formes de labyrinthe. À suivre...


Et toi, les labyrinthes t'inspirent-ils ? As-tu envie de créer et parcourir un labyrinthe tanglé ?